La voie antique de Nantes et le port étaient certainement les deux principaux moyens d'importer
des marchandises en provenance du reste de l'Empire. Aussi, l'installation d'un entrepôt de l'époque
d'Auguste (-27 à +14) et de Tibère (14-31) à proximité directe de la mer et de cette voie de
circulation, révèle donc une certaine cohérence dans le choix des secteurs.
Un quartier artisanal
est aussi implanté non loin du port, à la jonction des deux voies romaines principales.
Premières traces d'urbanisme de la ville
(1er siècle de notre ère)
a) la trame urbaine antique
Règne d'Auguste (-27 à + 14)
Les origines gallo-romaines de Vannes
2000 ans d'histoire, 150 ans d'archéologie
Un premier urbanisme se matérialise sur l'aire du forum, par l'installation
de deux enclos paysagers, appelés aussi jardins architectoniques. Ces
constructions bien que partiellement reconnues, semblent avoir une forme
rectangulaire. Le premier enclos comporte au moins 18 fosses, petites et
grandes, alternées de façon rigoureuse. Ces excavations, creusées dans le
substrat rocheux, ne contenaient aucun élément de mobilier. Les chercheurs
émettent plutôt "l'hypothèse de trous de plantations pour arbres, arbustes,
plantes à fleurs et buissons".
La trame urbaine de l'agglomération antique s'est organisée suivant un axe de circulation
déjà existant au Sud, à savoir la voie reliant Vannes à Nantes. Elle va naturellement s'imposer
pour l'implantation d'édifices monumentaux : Forum, basilique, ..., et les secteurs d'habitation
au Nord. Néanmoins, les urbanistes romains ont tenu compte de la pente naturelle de la colline
de Boismoreau, qui borde l'agglomération au Sud et à l'Ouest. Dès le départ, ils ont mis en
place dans le secteur situé entre le port antique et le quartier Saint-Symphorien, une seconde
trame secondaire, orientée selon la voie menant à Corseul (vers le Nord).
L'un des jardins sacrés du Forum, partiellement conservé.
Plan du Forum antique de Vannes.
b) des jardins sacrés
(vers 30 à 45 de notre ère)
c) un Forum monumental
(milieu du 1er siècle de notre ère)
Ces enclos ont un lien étroit avec les rites de sacralisation d'un espace donné.
L'espace initialement retenu pour l'implantation futur d'un édifice public
monumental, est désormais dotés de deux jardins. Ils sont une ouverture vers
le ciel, où les observations de phénomènes naturels (tel le vol des oiseaux)
sont sensées traduire la volonté des dieux, et ce par l'intervention des augures.
Vers le milieu ou du premier siècle de notre ère, les deux jardins sacrés
sont démolis pour permettre l'édification d'un forum monumental et de
sa basilique. La présence d'un forum confirme le fait que Vannes est bel
et bien le chef-lieu de la civitas des Vénètes. Cet édifice, large d'environ
96 mètres, à une longueur avoisinant les 140 mètres. Cet ensemble se
compose de 3 parties distinctes :
-A l'ouest, un important portique qui repose sur des piliers carrés, ferme un espace
qui est perçu comme une aire sacrée.  On n'y a pas retrouvé de temple, car son
emplacement présumé coïncide avec le tracé moderne du Boulevard de la Paix.
-Au milieu, se trouve une basilique dont les dimensions sont de 55 mètres sur
27 mètres. Cet édifice, de plan rectangulaire classique, est doté d'une nef centrale
ceinturée par une galerie de 5,50 mètres de large. La basilique est le lieu principal
où se tenaient les réunions publiques nécessaires à l'organisation de la cité.
-A l'est enfin, le dernier espace est jusqu'à présent considéré comme l'aire
publique associée à la basilique.

© Copyright 2014  Le Pennec Christophe. Tous droits réservés
Association Bretonne, Tome CVI, 1997, pp. 97-102.
Quand Vannes s'appelait Darioritum, catalogue d'exposition, Musée
de la Cohue, Vannes, 1992, 111 pages.
Trames urbaines antiques de Vannes
© Plan Christophe Le Pennec, 2013